AMHE - Les protections adaptées aux femmes


Ôphelia, membre féminin de la compagnie Arte-Bellum - Photographe/modèle: Noshiba (alias Ôphelia)

Dans une pratique où l'Histoire et les rapports de force sont au premier plan, il n'est pas toujours aisé de trouver sa place dans la reconstitution lorsqu'on est une femme.

Souvent désignée pour un rôle passif de part cette image officielle qui leur a été imposée au fil des siècles, les passionnées du Moyen-Âge se retrouvent remisée en tant qu'aide de camp, loin des champs de bataille et de l'action.

Ôphelia, membre féminin de la compagnie Arte-Bellum - Photographe/modèle: Noshiba (alias Ôphelia)

Pourtant, de plus en plus de combattantes font leur apparition dans les clubs et associations adeptes de l'Escrime Médiévale, apportant avec elles une toute nouvelle vision de ce sport et de la culture qui l'entoure. Sous ce nouvel angle, nombreuses sont les remises en question quant aux récits qui sont encore contés au sujet d'exploits et de faits qui sont portés au crédit des hommes. Comme une nouvelle opportunité de faire valoir leur droits, les escrimeuses sont, au même titre que leur alter-ego, en première ligne lors des combats, armées et équipées comme le serait un Chevalier.

Ces échanges, qu'ils se déroulent dans le cadre d'un entraînement ou d'une représentation publique, sont réalisés de manières égales, sans distinction du sexe. Pour ce faire, les pratiquants revêtent des protections adaptées à leur morphologie et faiblesses, leur garantissant ainsi sécurité et confort optimal.


Brassière, coque, plastron, ... Multiples sont les accessoires féminins proposés pour les sports de combat, mais tous ne sont pas compatibles avec les exigences techniques qu'imposent l'Escrime Médiévale.



Protéger et soutenir sa poitrine


L'Escrime étant un sport où les coups sont portés à même le corps, il est rare de ne pas être touché au torse. Qu'elle soit indirecte, faite avec le plat de la lame ou d'estoc, une frappe peut atteindre la zone de la poitrine et par conséquent entraîner marques et blessures.

Pour protéger cette partie sensible, il existe plusieurs type de blindage allant de la simple brassière au plastron d'armure.


Disponibles au rayon Boxe des grandes enseignes de sport à destination du grand public, les protège-poitrine en lycra sont un bon compromis lorsque l'on souhaite porter quelque chose de discret et de réutilisable en dehors des entraînements. En effet, cette protection peut facilement se cacher sous un costume médiéval ou être utilisée durant une activité ne nécessitant pas l'usage des coques, ces dernières pouvant être retirées. Cette particularité offre la facilité d'un lavage simple en machine et un éventuel remplacement des pièces PVC en cas de casse ou perte.

Cependant, après avoir été testée au sein de l'association Arte-Bellum, cette catégorie de brassières présente quelques inconvénients lorsqu'elle est utilisée dans un environnement de combat soutenu. Trop légères en matière de surface couverte, les coques séparées n'offrent pas la possibilité d'échapper à certains coups, laissant même quelques fois l'arme se faufiler entre la poitrine et la protection. En second temps, il est à retenir que les gestes rapides nécessaires à la pratique peuvent occasionner un frottement contre la bordure des coques PVC et par la même créer des irritations.

Pour finir, nous relevons son prix élevé qui, selon la marque, se situe aux alentours des 45€.


Brassière avec coques changeables de la marque Metal Boxe

En résumé


Avantages

  • Discret

  • Lavage facile

  • Utilisation pour d'autres sports en tant que simple brassière

  • Deux coloris

  • Prend très peu de place dans son sac

Inconvénients

  • Ne protège pas suffisamment

  • Frottements contre les bordures des coques

  • Usure rapide du tissu

  • Peut compresser la poitrine selon sa taille

  • Prix élevé (+/- 45€)

Suite à ce premier essai, le second choix pour les testeuses présentes au sein d'Arte-Bellum fut le modèle proposé directement sur les sites en ligne spécialisés dans la pratique de l'AMHE et de l'escrime. D'apparence rigide, le produit se révèle finalement d'une assez bonne souplesse pour permettre des mouvements naturels et à la fois amortir les coups, même d'estoc. Sa large zone de protection couvre à la fois la poitrine, les côtes et le sternum, ne laissant aucune chance à une lame de passer derrière le plastron. Doté de bretelles réglables, ce bustier allie parfaitement confort et sécurité. De plus, son prix n'est que de seulement 25€ en moyenne. Néanmoins, sa grande surface ne lui confère pas la même discrétion qu'une brassière et il sera donc plus difficile de le dissimuler sous une simple chemise médiévale.


Plastron PVC vendu chez Faits d'Armes. Existe aussi en version homme

En résumé


Avantages

  • Protège intégralement la poitrine

  • Lavage facile avec une simple éponge

  • Très résistant

  • Petit prix (+/- 25€)

  • Bretelles réglables

Inconvénients

  • Un seul coloris

  • Prend de la place dans son sac de sport

  • Peut nécessiter d'être porté par dessus un T-shirt (plastique froid et/ou condensation dû à l'effort)

  • Ne soutient pas la poitrine



Protéger son entre-jambe



Coquille Pelvienne Blitz

Homme ou femme, un mauvais coups dans cette zone peut entraîner une grande douleur et souvent, un arrêt momentané de l'échange. Pour les combattantes, le plus dur à encaisser seront les chocs de garde métalliques portés par inadvertance sur la ceinture pelvienne, plus particulièrement sur les parties osseuses. Pour remédier à cela, des coquilles de protection adaptées à la morphologie féminine existent. Plus difficile à trouver hors des sites en ligne spécialisés, le choix se fera entre les quelques modèles proposés à la vente, avec comme seule réelle différence, leur prix (+/-15€).





Éviter les bleus lorsqu'on est sujette aux problèmes sanguins



Protèges-Tibias Red Dragon

Si vous souffrez de jambes lourdes ou que vous avez tendance à marquer facilement dès le moindre impact, il est nécessaire de protéger les zones de votre corps qui sont les plus sensibles. Sans cela, les frappes d'épées et les corps-à-corps laisseront leurs traces pendant plusieurs jours et ce sous les formes d'une simple ecchymose aux hématomes plus marqués.

Proposés dans les magasins publics et sur diverses plateformes dédiées à l'escrime, l'AMHE ou encore la boxe, le karaté et même le roller, les protections de bras et de jambes, ainsi que les vêtements renforcés sont légion. Protèges-tibias, genouillères, coudières, short coqués, ... À vous de choisir parmi les nombreuses possibilités existantes, Toutefois, assurez-vous de trouver la bonne combinaison entre chaque pièce, sans cela, votre mobilité en sera réduite. Pour celles (et même ceux!) souhaitant protéger des membres complets avec une pièce unique, il sera plus facile de trouver votre bonheur du côté des protections d'inspirations historiques utilisées pour les représentations: bras d'armure, cuissot et grèves, pourpoint, gambison, ...





En conclusion


Nous vous conseillons d'utiliser une combinaison des différents types de protections afin d'assurer votre confort et pour vous préserver des mauvais coups. Pour cela, que ce soit en représentation ou en entraînement, les pièces PVC légères (coquille, bustier, ...) seront toujours un bon allié et vous permettront de moduler votre tenue, vous laissant libre de passer d'un costume historique lourd (armure complète, brigandine, ...) à quelque chose de plus léger (doublet armant, chemise, robe, ...) tout en vous garantissant d'être prête pour le combat, le tout à des prix fréquemment moins élevés que ceux des protections conçues spécialement pour l'escrime et l'AMHE.


#amhe #escrime #médiévale #protection #arme #épée #artebellum #femme #histoire #combat #sport #escrimemédiévale #hame #sword #longsword #medieval #reconstitution #reconstitutionhistorique #noshiba #normandie #compagniemédiévale #association #gambison #plastron #sportdecombat #féminin

www.arte-bellum.fr

  • FACEBOOK ARTE-BELLUM
  • INSTAGRAM ARTE-BELLUM
  • youtube

Arte Bellum

Association Loi 1901 ; W273008157

Vernon - 27200 France

Photographies & Conception: Noshiba